lundi 11 février 2013

La dernière lettre à ma grand-mère



J'aurais du parler sport aujourd'hui. 
Ce sera beaucoup moins drôle (oui parce que ça devait être drôle, sport=drôle je vais pas te la refaire, si?).

Je me suis souvent demandé ce que je ressentirais quand tu quitterais ce monde. On ne le fait pas avec les personnes que l'on est sûr d'aimer, d'ailleurs simplement imaginer un instant que la personne chérie n'est plus là, c'est tellement douloureux qu'on veut vite ne plus y penser. Mais toi oui, j'y pensais. Parce que je ne savais pas si j'allais être soulagée ou triste.

Il y a quelques années, ta disparition je ne pouvais pas la concevoir. Je t'ai aimée comme ma mère. Je t'appelais maman quand nous n'étions que toutes les deux. Maman deux lorsque ma vraie mère était là. Je me souviens j'appelais : "Maman!! - Oui? - Mais non, l'autre, pffff... - Oui? - Tu peux venir voir? (parce que les enfants aiment bien dire aux parents de venir voir, même si y'a rien  voir)". Genre comme si dans l'intonation de ma voix c'était évident que je m'adressais plus à l'une qu'à l'autre.

Et puis les choses ont changé les fleurs ont fané ah non ça c'est Céline Dion.

Que s'est-il passé dans ta tête, dans ton coeur, on ne le saura jamais.

Mais c'est là que je me suis posé la question. Et si...

J'ai essayé de te parler, tu étais hermétique à la moindre parole, car dire les choses qu'on ressentait vraiment ce n'était pas permis dans la famille. Tu nous as entraînées dans la spirale de la culpabilité. Si encore ça t'avait fait du bien, mais non, tu t'es rendue malheureuse toi aussi. Pourquoi? On ne le saura jamais.
Maintenant il est trop tard.
Tu nous laisses aujourd'hui avec des doutes, des incertitudes, des regrets plus pour toi que pour nous car qui sait ce que toi tu pouvais penser, à part toi. Et encore.
On ne le saura jamais.

Je suis normale. Et je me mets à pleurer d'un coup car j'ai dit "On mange mon chéri?" et que les souvenirs de toi voulant à tout prix me forcer à me resservir d'un plat me submergent.
Je sais que ça va durer plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois? Je ne sais pas.

Est-ce que j'ai des photos de toi assez récentes? Je ne crois pas. Je ne voulais pas capturer ce visage tant aimé autrefois et que je ne voulais plus voir.
Tu as été deux personnes. Une que j'ai aimée passionnément et une autre que j'ai haïe.

Je n'aurais même pas eu le temps de te revoir. Et à quoi aurais-je passé ce temps? A me dire "oh mon dieu mais quand va-t-elle enfin s'en aller?". Eh bien voilà, tu t'es en allée. Pour toujours. Je ne pourrais même plus souhaiter ton départ.

Dernièrement j'ai lu le livre "La grand-mère de Jade". J'ai pensé à toi. C'est bizarre, non?

Il paraît que c'est par le récit que l'on garde vivants ceux qui sont morts. Je vais essayer de ne me rappeler que des bons souvenirs. Et tu continueras à vivre.

Paix à ton âme. Je crois qu'elle a du travail afin de la trouver.


Les trois âges de la femme - Gustav Klimt

Au revoir Yvonne. Je n'arrive pas à te dire adieu. Je ne suis pas encore prête.

10 commentaires:

  1. Bonne chance pour la suite. C'est une épreuve difficile qu'importe les non-dits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton mot de soutien Vylène. J'ai lu vite fait un de tes posts, j'ai bien aimé. J'y retournerai quand j'aurai plus la tête à ça!

      Supprimer
  2. Vous m'etonnez tous les jours Emilie. Comme j'ai hate que vous soyez plus proche.
    Je vous embrasse
    Michelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Michelle, je suis vraiment contente de vous connaître et j'ai hâte de vous revoir. Bisous

      Supprimer
  3. même dans la tristesse , tes mots sont trés touchants .....on te souhaite plein de courage dans cette épreuve ....gros bisous émilie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nico, je sais votre soutien. Gros bisous

      Supprimer
  4. Au moins toi tu dis ce que tu as sur le coeur, et tu le dis si bien !
    Je suis effondrée de peine et de souffrance devant de telles vérités.. et un tel gâchis pour tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie fait comprendre beaucoup de choses, et voir le mal que peuvent faire tant de non-dits et de mensonges, ça fait réfléchir sur le sens qu'on veut donner à cette première... Il n'est jamais trop tard pour dire les choses. Tant qu'on vit.

      Supprimer
  5. Pas des plus faciles que d'écrire ce post ,mais c.est un bel hommage à ta Grand-mère .
    Grosses pensées à toi et bon courage mimi .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Quinquampoix (je pense toujours à Amélie Poulain quand je lis ton pseudo monsieur R...)... J'en aurais tellement de choses à dire, ce post n'est que la partie émergente de l'iceberg! Gros bisous

      Supprimer

N'aie pas peur et dis ce que tu en penses... Mais si tu choisis d'être "anonyme", écris au moins ton prénom que je sache qui me parle!